Trois Jours dans le Périgord

Pourquoi visiter la Dordogne ?

Attendez-vous à ce que je manque totalement d’objectivité dans cet article : on parle de chez moi ! Le Périgord, j’en connaîs forcément une partie puisque je suis née à Périgueux. Romain y est arrivé au début de son adolescence.

Quel trajet faire en Dordogne ?
Périgueux – Grottes de Lascaux (Montignac) – Turenne – Collonges la Rouge – Martel – Lacave – Gouffre de Padirac – Rocamadour – Gouffre de Saint Sauveur – Simeyrols – Sarlat – Beynac – La Roche Gageac

Ici, il ne sera donc pas question de Périgueux et ses alentours (peut-être une autre fois) mais du Périgord noir et d’une partie de la Corrèze, à la frontière.

Pour vous situer un peu mieux, le Périgord désigne une région historique française qui recouvrait approximativement le département de la Dordogne aujourd’hui. C’est une région très rurale et marquée par un patrimoine historique, culturel et archéologique riche.

Allez, venez, je vous emmène dans notre cher Périgord !

Jour 1 : entre le Périgord Noir et la Corrèze

Les grottes de Lascaux

Si quand j’étais petite, j’ai pu visiter plusieurs lieux emblématiques de la Dordogne, notamment du côté des Eyzies, je n’avais jamais mis les pieds dans les grottes de Lascaux.

Oui, je dis bien les grottes de Lascaux car il y en a plusieurs : l’original, qui est totalement fermée au public pour sa préservation, Lascaux 2, celle que nous avons visité, Lascaux 3 qui est la grotte itinérante et Lascaux 4, la petite nouvelle (depuis 2017) et la plus visitée.

Lascaux 2 a ouvert en 1983 et nous avons préféré opté pour cette visite qui dure environ 1h15 car elle était plus confidentielle. La visite a commencé par des explications dans une partie musée de la grotte puis nous avons pénétré dans le noir au coeur de la réplique de Lascaux et avons fait notre première découverte à la lueur d’une torche. Des lumières sont ensuite allumées pour pouvoir profiter de toute la grandeur des lieux.

La grotte de Lascaux a été entièrement moulée pour reproduire à la perfection les aspérités des murs et du plafond. Les peintures ont été reproduites à l’identique avec les techniques de l’époque par des artistes-peintres. Alors, certes, ce n’est pas celle qui a été découverte par le chien de Marcel Ravidat mais c’est la réplique exacte d’une partie de la grotte.

Turenne

Quels sont les plus beaux villages de France ?
Turenne, vue d’en bas.

Après un déjeuner à Montignac, nous prenons la direction de la Corrèze pour aller nous promener dans l’un des plus beaux villages de France : Turenne.

Que faire à Turenne ?
Les jolies ruelles de Turenne !

Il n’y a personne et nous pouvons nous balader tranquillement dans ce village médiéval, perchée sur une butte datant du Jurassique. Visiter ce magnifique village fait chauffer les cuisses mais les ruelles sont tellement magnifiques qu’on s’y laisse entraîner avec plaisir.

Collonges-la-Rouge

Où se trouve Collonges-la-Rouge ?
Collonges-la-Rouge.

En vrai, tout le monde s’était donné rendez-vous à Collonges-la-Rouge, au classement des plus beaux villages de France également. Le village reçoit pas moins de 700 000 visiteurs par an, rien que ça ! Son nom vient du grès rouge utilisé pour construire tout le bourg du village.

Les bâtiments rouges contrastent magnifiquement avec les feuilles des châtaigniers et des vignes présents dans les environs.

Nous nous sommes également arrêtés à Martel, encore un petit village aux ruelles pavées qui vaut le détour. Malheureusement, les photos ne sont pas de très bonne qualité… (oui, parce que comme nous sommes des boulets, nous avons tous les deux pensé que l’autre avait pris l’appareil photo… Résultat : nous n’avions que nos téléphones portables pour immortaliser ces instants périgourdins).

Le soir, nous avons passé la nuit dans un gîte avec piscine et vue sur les falaises à Lacave.

Jour 2 : Gouffre de Padirac et Rocamadour

Le deuxième jour, nous étions revenus du côté de notre tendre Périgord.

Périgord noir : le Gouffre de Padirac

Le Gouffre de Padirac, c’est un incontournable de la région. Même si je l’avais déjà visité, j’y suis retournée avec plaisir. En été, il reçoit pas moins de 8 000 visiteurs par jour, contre environ 2 000 lorsque nous y étions début septembre.

Et même à 2 000 visiteurs dans la journée, on a trouvé qu’il y avait pas mal de monde. Nouveauté depuis ma dernière visite (il y a 10 ans minimum) : des audio-guides qui permettent d’en savoir plus sur l’histoire du gouffre.

Dans tous les cas, le lieu est sacrément impressionnant et si vous êtes dans les parages, je vous invite à vous y rendre ! Les photos ne rendent encore une fois pas justice au lieu…

Rocamadour

Une fois n’est pas coutume, il faut être prêt à marcher pour visiter Rocamadour et surtout à monter et descendre. Nous nous sommes garés sur les hauteurs en dehors de la ville pour pouvoir profiter du paysage verdoyant. Rocamadour est construite à flanc de falaises, au milieu de la verdure environnante.

Pourquoi visiter Rocamadour ?
La visite de la ville sous le soleil était vraiment sympa !

La ville se visite en faisant une boucle des hauteurs, en passant par le centre, jusqu’au château de l’autre côté. Le lieu est très religieux avec la chapelle Notre-Dame et sa Vierge Noire mais aussi la basilique Saint Sauveur, d’architecture romane-gothique.

Un sanctuaire est d’ailleurs consacré au rugby et ainsi appelé Notre-Dame d’Ovalie.

Une petite surprise nous attendait pendant notre visite de Rocamadour : un vautour est venu se poser près de nous. Pas sauvage pour un sou, il cherchait de la nourriture et a même essayé de croquer le mollet d’un touriste. Des spectacles de rapaces sont souvent proposés dans les environs, ce qui explique sa présence ainsi que celle d’un aigle.

Gouffre de Saint Sauveur

Le week-end avant de partir, TF1 a diffusé un reportage sur Rocamadour et nous a envoyé du rêve avec des photos magnifiques du Gouffre Saint Sauveur (regardez plutôt sur Google Images). On s’est dit « génial, avec la chaleur qu’il fait, on va pouvoir se baigner dans ce lieu paradisiaque à l’eau bleutée ! »

Bon, ben c’était loupé…

Où se trouve le Gouffre Saint Sauveur ?
C’est pas moche, hein, mais ça n’a rien à voir, quoi !

Le soir, nous avons dormi au gîte Nieudegat avec piscine à Simeyrols. Nous avons été accueilli par Dominique et Vincent, installés depuis le printemps 2019. Si vous passez dans la région, n’hésitez pas à loger chez eux ! Ils font table d’hôte et Vincent est un ancien cuistot : avec les produits de la région, cela ne peut qu’être délicieux !

Jour 3 : Sarlat et retour au Moyen-Âge

On a été beaucoup au Moyen-Âge pendant ces trois jours mais le dernier jour, on a vraiment plongé dans cette époque au château de Beynac notamment !

Sarlat

Sarlat, j’y avais déjà été une ou deux fois mais toujours très brièvement, sans prendre le temps de me balader tranquillement dans les ruelles de la ville. Nous y sommes allés une matinée et avons pu profiter du marché qui attire énormément de monde !

Bien sûr, on n’a pas pu s’empêcher de repartir avec des victuailles locales. La visite se fait assez rapidement puisque la ville n’est pas très grande mais elle est très agréable. Prenez le temps de prendre un café sur la place de la Liberté.

Beynac et son château

Ça fait partie de mes petits coups de coeur du week-end. Le village de Beynac est vraiment très mignon. Nous y avons mangé et nous avons visité le château médiéval datant du XIIe siècle. C’est l’un des mieux conservés de la région.

Il domine le bourg de Beynac et a été construit à flanc de falaises sur la rive droite de la Dordogne. C’était l’une des places fortes françaises durant la Guerre de Cent ans et la Dordogne (le fleuve) servait alors de frontière entre la France et l’Angleterre. Le château de Castelnaud en face, de l’autre côté de la rive, était lui une place forte anglaise.

Nous avons fait une visite guidée et on a beaucoup appris sur le Moyen-Âge. La guide a mis à mal nos préjugés et les clichés habituellement véhiculés comme :

  • « Ils étaient tous sales »,
  • « La médecine était nulle »,
  • « La famine était toujours présente »,
  • « Les femmes étaient mal considérées »…

Pour en savoir plus sur les clichés du Moyen-Âge et la vérité, rendez-vous sur France Culture.

La Roque Gageac

Envie de vous retrouver entouré de palmiers en plein coeur de la Dordogne ? Rendez-vous à La Roque Gageac ! Le village parmi les plus beaux villages de France, possède un micro-climat, grâce à la falaise calcaire qui le domine. Il permet aux arbres tropicaux de pousser.

Pourquoi aller à La Roque Gageac ?
Vue sur la falaise.

Et il était déjà temps de reprendre la route vers Bordeaux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *