Voyager en Pologne : Que Faire à Cracovie ?

Randonnée dans le sud de la Pologne.

Avec des vols directs depuis Bordeaux, nous ne pouvions pas manquer l’occasion de visiter Cracovie, la ville la plus touristique de Pologne.

Jumelée avec Bordeaux, Cracovie offre de nombreuses choses à faire, en son sein mais également aux alentours.

Alors que faire à Cracovie ? 

Après nos visites de Budapest, Prague ou encore Berlin, Cracovie faisait partie de notre liste de villes à découvrir en Europe. Avec 13 millions de visiteurs en 2018, la capitale de la Petite Pologne suscite l’engouement. Et on comprend pourquoi !

Que faire à Cracovie : visiter la vieille ville

Tour de l'hôtel de ville
La tour de l’hôtel de ville sur Rynek Glowny.

Des touristes, des touristes et encore des touristes ! Nous n’avons pas été les seuls à avoir envie de visiter cette jolie ville médiévale de Pologne.

La Vieille Ville (stare miasto) est bordée du parc Planty, courant tout autour. Ici peu de murailles, contrairement à Varsovie. Nous avons pu en observer près du Barbakan mais elles étaient bien moins importantes que dans la capitale polonaise.

Que faire à Cracovie ?
Les fortification de la ville.

La place principale Rynek Glówny (soit la place du marché) se situe au centre de la Vieille Ville et abrite les halles aux draps (Sukiennice), autrefois avant-poste commercial. Aujourd’hui, les halles abritent des marchands de souvenirs.

Place du marché à Cracovie.
Une jolie église près de la place du marché

La tour de l’hôtel de ville et la basilique Sainte-Marie sont également situés sur cette place, très animée. Il était difficile de circuler et de prendre des photos dégagées tant il y avait de monde et d’animation sur la place du marché.

Nous avons quand même pris le parti de prendre une bière dans un des très nombreux bars à touristes.

Bière qui s’est avérée chaude.

Note pour plus tard : mulled beer signifie bière chaude. 🍻Spoiler alert : c’est assez bizarre mais si vous aimez le vin chaud, vous devriez aimer la bière chaude aux épices et au miel (ou au sirop de framboise).

Château de Wawel à Cracovie.
La basilique dans le château de Wawel.

Au sud de la Vieille Ville se situe le Château de Wawel : un château médiéval avec une basilique cathédrale en son sein. Il est agréable de s’y promener. Il est possible de visiter les chambres royales, les appartements privés du roi, le trésor de la couronne ou encore les sous-sols de Wawel.

Que faire à Cracovie : visiter Kazimierz et le ghetto juif

Pourquoi aller à Cracovie ?
Une rue du quartier juif.

Au sud de Cracovie mais sans traverser la Vistule, se trouve le quartier juif Kazimierz. Habité depuis le 15ème siècle par les Juifs, ils ont malheureusement été décimés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Après la guerre, le quartier est devenu peu à peu le point de chute des artistes et des étudiants branchés pour sortir. Mais avant ça, il a été popularisé par le tournage du film de Spielberg, La Liste de Schindler (alors que les événements se sont passés à Podgorze, de l’autre côté du fleuve).

Rue de Cracovie.
Rue musée du quartier juif.

Dans le quartier Kazimierz, de très nombreuses synagogues (Remuh, Tempel, vieille synagogue) sont présentes et le vieux cimetière juif que vous pouvez visiter. Le street art est assez présent dans le quartier et vous pourrez aller manger sur la Plac Nowy ou Skwer Judah.

De l’autre côté du fleuve se trouve Podgorze. Le quartier peine à se relever de son histoire tragique : c’est le ghetto juif de Cracovie, qui a accueilli les Juifs avant leur déportation vers les camps de concentration et d’extermination.

Quartier Podgorze.
Les chaises alignées représentant le départ et le non-retour des juifs vers les camps.

Nous n’avons pas vraiment visité le quartier Podgorze, mis à part la place Bohaterow Getta, où se trouve des chaises en métal alignées. Leur symbolique est forte : le départ, l’attente et le non-retour de toutes les personnes déportées.

Street art Cracovie.
Street art du quartier juif : « je suis de nouveau heureux »

Un peu plus loin, l’usine d’Oskar Schindler s’est transformée en musée, retraçant l’histoire du quartier durant cette triste période de l’histoire. Il est conseillé d’y aller tôt le matin (le musée ouvre à 9h). Nous avons dû renoncer à le visiter en y étant allé à 15h. Toutes les places de la journée avaient été vendues et il était impossible d’en acheter en avance pour le lendemain.

Autour de Cracovie : la mine de sel

Entrée dans la mine de sel.
Direction les profondeurs de la Terre !

A une demi-heure de bus de Cracovie, la mine de sel de Wielicska offre une jolie visite. Nous avons pris le bus 304 et sommes descendus à l’arrêt Wieliczka Kopalnia Soli. De là, les guichets ne sont pas loin pour acheter vos places.

Nous avons visité la mine de sel avec un guide qui parlait français. Personne ne peut aller dans la mine sans guide. Les billets pour le parcours classique (trajet touristique) coûte 89 pnl (soit environ 20 €) et les visites durent environ 3h. Bon, il faut savoir qu’on perd une bonne demi-heure à descendre dans la mine et à en sortir. 😂

Statues de sel dans la mine de Cracovie.
Des statues de sel façonnées par les mineurs eux-mêmes.

Des visites en français ont lieu trois fois par jour : à 10h15, 12h15 et 15h15. Sinon, des visites en anglais partent toutes les demi-heures. Nous avions pris large pour faire la première visite en français de la journée et notre groupe comptait 40 personnes. 😱

Ça en fait du monde… Surtout que nous étions pressés par les groupes qui suivaient de près et nous devions parfois attendre que le groupe précédent termine pour avancer. En bref, c’est un peu l’usine ! Vraiment pas l’ambiance qu’on affectionne…

Poulie dans la mine de Wieliczka.
Un système de poulie pour remonter le sel à la surface.

Mais il y a quand même du bon : la grandeur des salles souterraines est impressionnante, on en apprend plus sur le fonctionnement de la mine et respirer l’air saturé de sel est bon pour la santé (il est même possible de faire une cure dans la mine).

Rails dans la mine de sel.
Les chevaux tiraient les wagons et pouvaient rester 10 ans sous terre sans remonter à la surface.
Lac de la mine de sel.
De nombreux lacs souterrains saturés en sel sont présents dans la mine.
Grande salle de la mine de Wieliczka.
La plus grande salle de la mine peut accueillir 350 personnes et des réceptions y sont données, ainsi que des concerts grâce à l’acoustique de la pièce.
Lustre mine de sel à Cracovie.
Lustre de la grande salle.

Autour de Cracovie : Auschwitz-Birkenau

Entrée Birkenau.
La tristement célèbre entrée du camp Birkenau.

Impossible pour nous de passer à Cracovie sans nous rendre dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau… A 1h15 de la ville, il faut s’organiser bien en avance si vous souhaitez faire la « visite » par vous-même.

Deux semaines avant de partir, aucune place individuelle n’était disponible à la vente sur les jours où nous étions à Cracovie…

Nous sommes donc passés par Get your guide. Pour la somme de 22 € par personne, un bus vient vous chercher à l’un des 4 points de rencontre dans la ville, vous emmène au camp et vous ramène en fin de journée.

Nous avons pris le bus à 11h30 dans le quartier juif. Le temps de récupérer tout le monde, nous sommes arrivés à Auschwitz aux alentours de 13h15. Le guide nous a ensuite fait passer au guichet pour récupérer nos tickets d’entrée.

Wagon Birkenau.
Un ancien wagon qui conduisait les prisonniers vers les chambres à gaz…

Auschwitz II – Birkenau

Baraquements Birkenau.
Des baraquements en pierre à Birkenau. D’autres sont en bois.

Après la distribution d’un guide dans notre langue, nous avons repris le bus, direction Birkenau à 5 minutes. Nous avions 1h30 pour visiter le camp Birkenau et c’était trop court ! Nous voulions aller découvrir le fond du camp mais n’avons pas eu le temps.

Le camp fait 170 hectares. Si vous voulez avoir une idée de ce que cela représente, allez voir l’article de Marlène sur Salut Bye Bye. Elle y détaille bien plus que moi l’organisation du camp.

A l'intérieur d'un baraquement de Birkenau.
L’intérieur des baraquements pour les enfants.

La camp Auschwitz II ou Birkenau a ouvert à la fin de l’année 1941. Il a d’abord été réservé aux prisonniers polonais et soviétiques. Birkenau était à la fois un camp de concentration et un camp de mise à mort immédiate. C’est à l’entrée du camp Birkenau que se trouve la rampe, amenant les déportés vers la chambre à gaz.

Des deux côtés des rails se trouvent des baraquements où étaient entassés les prisonniers. Sur la droite, des baraquements en bois pouvant contenir 400 personnes. Et sur la gauche des baraquements en pierre où 700 personnes pouvaient être parquées. Chaque ensemble de baraquement était réservé aux hommes, aux femmes ou aux enfants.

Chambres à gaz Birkenau.
Les ruines des chambres à gaz de Birkenau.

Au bout des rails, nous avons pu observer les ruines des chambres à gaz et des crématoriums. Les SS les ont fait exploser à la libération du camp par les soviétiques. Il y a également un mémorial aux victimes et une injonction à ne pas oublier l’horreur de cette période.

Ici, pas beaucoup d’explications. Juste nos réflexions…

Auschwitz I

Slogan nazi à Auschwitz.
A l’entrée d’Auschwitz, une expression allemande accueillait les prisonniers : « Arbeit macht frei » (le travail rend libre)…

Après une heure et demi de marche intensive, nous reprenons le bus pour aller visiter Auschwitz I, bien plus riche en informations.

Nous avons eu 2h pour faire le tour du camp et là, le temps nous a paru suffisant. Nous avons plus ou moins suivi le trajet proposé par le guide papier. On a sauté quelques bâtiments en y revenant par la suite, quand les groupes les avaient quittés. Car oui, il y a du monde : 2 millions de visiteurs en moyenne chaque année.

Mirador à Auschwitz.
Un mirador et des barbelés entourant le camp en entier.

Nul besoin de vous dire que cette visite est difficile. Même si nous connaissons tous les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, se trouver en ces lieux possède une symbolique particulière. Se dire que des déportés condamnés à mort et leurs bourreaux ont foulé le même sol que nous plusieurs années auparavant laisse un sentiment bizarre et inexplicable.

Les preuves du crime à Auschwitz.
Les valises des prisonniers comme preuves du crime…

De nombreuses informations sont données dans chaque baraquement sur les conditions de vie du camp, les preuves du crime (des chaussures, valises et effets personnels subtilisés aux déportés à leur arrivée) ou encore les tortures pratiquées.

Exposition à Auschwitz.
Une exposition avec des photos de déportés et leurs vêtements.

Auschwitz était le plus grand camp concentrationnaire du Troisième Reich et c’est aussi le plus meurtrier : 1,5 million de morts. A la libération du camp en 1945, les soviétiques ont libéré 7 000 prisonniers, pour la plupart malades ou mourants.

Autour de Cracovie : aller faire de la randonnée à Zakopane

Zakopane en Pologne.
Chemin de randonnée près de Zakopane.

Les deux derniers jours de notre séjour, nous avons été dans le sud de la Pologne, quasiment à la frontière avec la Slovénie, pour nous balader dans les montagnes.

A Zakopane, peu de touristes étrangers. Nous avons croisé principalement des familles polonaises, venues pour le week-end. Le village ressemble à un vrai village de montagnes et est très agréable avec son parc central.

Rando à Kiry.
Rando facile à Kiry.

Le premier jour, nous sommes arrivés dans l’après-midi et nous avons été directement à « l’Office de Tourisme » pour demander des renseignements. Je mets office de tourisme entre guillemets parce qu’il s’agit seulement d’un cabanon avec une personne à l’accueil qui a voulu nous dissuader d’aller en randonnée. Elle nous a assuré qu’il fallait absolument des chaussures de randonnée pour se rendre au lac Morskie Oko.

Spoiler alert : c’est une route goudronnée tout le long ^^

N’a-t-elle pas compris où nous voulions aller ? Ou a-t-elle fait preuve d’un excès de prudence ? Dans tous les cas, comme on est des sales gosses, on ne l’a pas écouté. 😂

Randonnée près de Zakopane.
Prendre de la hauteur pour avoir une plus jolie vue !

L’après-midi du premier jour, nous nous sommes rendus à Kiry, à 7 kilomètres de Zakopane, pour une courte randonnée de 4h aller-retour. Des bus assurent les relais entre Zakopane et les départs de randonnée (5 Pln soit 1,25 € le trajet par personne). Là, aucune difficulté, c’est plat tout le long, à part une petite montée à la fin. Le trajet se déroule le long d’une rivière, ambiance montagne assurée.

Grottes à Kiry en Pologne.
Dans les grottes en hauteur à Kiry.

Et à l’arrivée, on peut même boire des bières en profitant de la vue sur les montagnes. On est quand même en Pologne !

Au retour, on a fait un petit écart pour prendre de la hauteur et nous avons découvert des grottes et une vue franchement pas dégueu. Romain n’a pas pu s’empêcher de me foutre les jetons en me faisant croire qu’il y avait un ours 🐻dans une des grottes. Ils sont très présents dans la région, tout comme les loups 🐺, les renards ou encore les cervidés 🦌 .

Montagne à Zakopane.
Pas dégueu la montagne en Pologne !

Le deuxième jour, nous sommes partis à 25 kilomètres de Zakopane (10 Pln soit 2,50 € le trajet), à l’assaut du lac Morskie Oko. Et comme je vous l’ai dit juste avant, c’est une route goudronnée tout le long pour arriver au lac et profiter de la vue. Rien de compliqué, ça monte doucement pendant 2h30 environ.

Lac Morskie Oko en Pologne.
Le lac miroir ! Les photos ne lui rendent pas justice, le décor était magnifique !

Pour le coup, la randonnée est très, très monotone mais le lac est splendide. Et comme on était un peu déçus du chemin pour y arriver, on  a voulu faire le tour du lac et prendre de la hauteur une nouvelle fois. Le tour du lac, aucun souci. Pour la prise de hauteur, des chaussures de rando auraient facilité la tâche.

Vue panoramique sur le lac Morskie Oko.
Après une demi-heure d’escalade dans la neige.
Rando Morskie Oko.
Et de l’autre côté, un autre lac, gelé lui !

Le chemin montait rude et surtout il y avait de la neige par endroits. J’ai pas mal galéré et eu peur parce que je pensais à la descente mais finalement tout s’est très bien passé. Et la vue sur le lac était juste à couper le souffle !

Cerf à Zakopane.
Coucou toi !

Au retour, nous avons croisé un jeune cerf qui ne semblait pas du tout apeuré par les touristes. Au contraire ! Il cherchait même leur compagnie. Et un peu plus loin, ce sont une biche et son faon que nous avons aperçu en contrebas. La journée s’est bien terminée avant de rejoindre l’aéroport pour une nuit blanche.

Biche et son faon à Zakopane.
😍

Pour plus de choses à faire à Cracovie, n’hésitez pas à consulter les articles de Génération Voyage, Va Nu Pied ou encore Hostel World.

2 Replies to “Voyager en Pologne : Que Faire à Cracovie ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *