Voyage en Guadeloupe : on fait quoi sur Grande-Terre ?

Quoi visiter sur Grande-Terre en Guadeloupe ?

Si mon coeur bat davantage pour la Basse-Terre de la Guadeloupe, j’ai beaucoup aimé aussi la Grande-Terre, ses vues à couper le souffle et ses plages de cartes postales.

Sur Grande-Terre, on trouve bien sûr l’aéroport de Pointe-à-Pitre et le quartier pauvre des Abymes. Mais si sur Basse-Terre on se baigne dans l’eau fraîche des cascades, sur Grande-Terre, on se délecte de l’eau cristalline et tiède de l’océan.

Je vous le disais dans l’article sur Basse-Terre, cette partie de la Guadeloupe est plus sèche et a une végétation bien moins dense. Aussi appelée la petite Bretagne des Antilles, Grande-Terre offre aussi des panoramas saisissants au bord des falaises.

Ici aussi, difficile de se déplacer sans voiture. Les trajets sont longs et il y a peu de bus locaux. N’hésitez pas à louer une voiture à l’aéroport dès votre arrivée.

Les points de vues époustouflants sur Grande-Terre en Guadeloupe

Commençons par les vues magnifiques qu’offre l’île.

A l’extrême nord de Grande-Terre se trouve la Pointe de la Grande Vigie. Pour le coup, ce coin-là m’a rappelé la Nouvelle-Zélande mixée avec le sud de la France à cause de la végétation basse et sèche. L’humidité est bien moins présente ici, on ressent la chaleur plus étouffante que sur Basse-Terre.

Pour l’anecdote, c’est ici que nous avons fait le réel premier essai drone (enfin que Romain a fait) qui n’a pas été très fructueux. C’est qu’il faut apprendre à la maîtriser cette machine volante !

En reprenant la voiture, nous nous sommes baladés pour aller découvrir d’autres points de vue tout aussi jolis. Mon préféré est sans doute la porte d’enfer. Son nom ne donne pas vraiment envie et pourtant, la vue est magique sur l’eau d’un bleu changeant. Il y a même une petite crique préservée des vagues fortes à la fin de la porte d’enfer, un peu prise d’assaut cela dit.

A l’extrême sud-est de Grande-Terre se trouve la pointe des Châteaux. Et là, on prend une sacrée claque aussi ! Le jour où nous y étions, la mer était déchaînée, nous offrant un véritable spectacle avec toutes ses nuances de bleus et son écume d’un blanc éclatant.

Tout le long du trajet, il y a possibilité de s’arrêter pour se baigner ou simplement profiter de la vue. N’hésitez pas à prendre votre temps sur le retour.

Pour les deux endroits, je vous conseille de venir le matin avant 10h pour éviter au maximum l’affluence. Pensez à prendre de l’eau et à vous couvrir la tête et les épaules. Il fait extrêmement chaud et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’y a pas beaucoup de vent (en tout cas sur le trajet pour aller aux points de vue). 

Le cimetière Morne à l’Eau sur Grande-Terre

Sur la route pour la Pointe de la Grande Vigie au nord de Grande-Terre se trouve la commune de Morne à l’Eau. Son cimetière est l’un des plus visités en Guadeloupe.

Les sépultures sont ornées de damier noir et blanc. Il s’agit de carrelages en faïence et les tombes ressemblent à des petites maisons avec des toits pentus rappelant ceux des cases créoles. Le cimetière existe depuis 1847 et le premier caveau appartenait probablement à des Békés (habitants créoles à la peau blanche de la Guadeloupe descendant des premiers colons européens).

De fait, il fallait être riche pour être enterré dans un cimetière à une époque où la majorité des morts étaient enterrés sur les plantations. Même sous terre, les pauvres et les riches ne se mélangeaient pas… Aujourd’hui, heureusement, toutes les classes sociales sont représentées dans le cimetière de Morne à l’Eau.

Il n’y avait absolument personne le jour où nous y sommes allés. Tout était silencieux. Les autres cimetières de Guadeloupe se sont inspirés de celui de Morne à l’Eau, ainsi vous aurez l’occasion de voir des damiers sur les sépultures un peu partout sur l’île.

Les plages paradisiaques de Grande-Terre en Guadeloupe

Si à Basse-Terre, les plages ne sont pas extraordinaires, à Grande-Terre, chacune sort le grand jeu pour vous séduire. Entre les petites criques qu’il faut mériter et les grandes plages touristiques de sable blanc accessibles facilement, le choix est aisé pour nous.

Pendant que nous étions du côté nord de Grande-Terre, nous nous sommes arrêtés à l’anse Bertrand pour déjeuner sur la plage de la Chapelle. Nous avons retrouvé mes parents qui avaient randonné depuis Port-Louis. C’est une marche facile qui fait près de 9 kilomètres (facile mais il fait tout de même chaud).

Où se baigner sur Grande-Terre ?

En retournant vers Port Louis, nous nous sommes arrêtés dans une crique qu’ils avaient vu en marchant. Il s’agit de l’anse Colas. La route est plutôt escarpée pour y descendre en voiture, elle est pavée de rochers et il faut faire attention à ne pas toucher avec la voiture. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Une petite crique, quasi-déserte. Un bassin d’eau salée, quasiment fermée et au bout la possibilité d’aller observer les poissons, les oursins et les gouffres sous-marins. En revanche, ça secoue dans l’eau, ce qui m’a valu une belle entaille au pied en prenant une vague qui m’a ramenée contre un rocher.

Où se trouve l'anse du Souffleur ?
J’en ai profité pour revoir mes chorégraphies ^^ – Anse du Souffleur

A Port-Louis, nous avons testé l’anse du Souffleur. Il y avait énormément de monde et il a fallu marcher un peu pour trouver un coin plus tranquille. Mais en faisant cela, nous nous sommes aussi éloignés de la partie la plus sympa pour se baigner ^^ Qu’importe, c’était la fin de la journée et nous avions le souvenir de notre petite crique presque abandonnée.

Sur l’autre côte, au sud de Grande-Terre, nous avons été à Gosier, sur la plage de la Datcha et nous avons découvert qu’il y avait un petit îlet (l’îlet du Gosier évidemment), bien plus proche que les îlets Pigeon. Ici aussi il y a possibilité de louer un kayak pour aller explorer l’îlet.

Quand nous y étions, il y avait bien moins de monde que sur les îlets Pigeon. Mon beau-père est parti à la nage jusqu’à l’îlet et apparemment ça valait plutôt le coup pour les fonds marins. Nous nous étions promis d’y revenir plus tard avec le frère de Romain mais c’était sans compter sur le confinement bien sûr.

Sur cette plage, il y avait aussi beaucoup de pélicans qui venaient pêcher. Je me suis beaucoup amusée à les regarder faire et à les filmer. Nous avons passé toute la matinée ici et avons mangé sur la plage à Casa Datcha.

Au retour de la Pointe des Châteaux, on a voulu tester une autre plage, plutôt populaire, la plage du Bois Jolan. Il y avait encore une fois pas mal de monde mais une baignade fait toujours du bien et on a pu faire de belles photos de touristes sur un palmier les pieds dans l’eau ^^

Fin de journée à la plage du bois jolan

Il y a encore pleins d’autres choses à faire sur Grande-Terre mais malheureusement, nous avons été un peu freinés dans notre élan par le coronavirus. N’hésitez pas à consulter d’autres blogs comme celui de Génération Voyage ou Love Live Travel pour d’autres retours d’expérience 😉

Suis les oiseaux migrateurs aussi sur Pinterest en Guadeloupe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *