Le meilleur du Chili : le désert d’Atacama

Posted on
La lagune Tebinquiche dans le désert d'Atacama.

Sans aucun doute mon meilleur souvenir du Chili : le désert d’Atacama. Il m’a donné chaud, m’a fait beaucoup boire et m’a conquise petit à petit. 

Partis de La Serena, nous arrivons le soir à Calama, non loin de San Pedro. Le premier jour est dédié à l’organisation : réserver une voiture, un hôtel et le bus qui nous ramènera en Argentine dans la région de Salta. 

Premier jour dans le désert d’Atacama

Où voir des flamands au Chili ?
C’est le premier mais ce ne sera pas le dernier !

La journée démarre au départ de Calama, à environ une heure de route de la ville de San Pedro de Atacama.

La route défile et avec elle les paysages changent au fur et à mesure, nous dévoilant toute la beauté et la richesse du désert.

San Pedro existe depuis la nuit des temps pourrait-on dire puisqu’elle date d’avant les incas. Elle était occupée par le peuple Atacama qui ont développé une civilisation avancée. 

Aujourd’hui, elle est le centre névralgique des départs pour visiter le désert d’Atacama et se rendre dans la Cordillère des Andes. 

Nous récupérons Estelle qui nous accompagnera. 

De jolis flamands dans la lagune de Chaxa.
La plus belle des lagunes pour moi !
Un flamand à la lagune Chaxa.
Petit flamand deviendra grand.
Le vol d'un flamand au Chili.
On a eu droit à quelques envols.

Nous commençons par la lagune Chaxa, un vrai coup de foudre pour moi. Tout est calme, silencieux. Il n’y a aucun bruit, aucun mouvement.

Même l’eau est immobile.

C’est ce genre d’instant hors du temps, uniquement perturbé par l’envol d’un flamand. 

Une petite baignade dans los ojos del salar !
Coucou !

Après un pique-nique là-bas, nous partons visiter Los Ojos del Desierto pour se baigner. 

Ce sont effectivement deux petits bassins ronds au milieu du désert. Peu de gens se baignent, on a le lieu pour nous seuls malgré le monde qui nous observe. 

L’eau est très fraîche mais vues les températures, on ne se fait pas prier pour plonger. 

La lagune Tebinquinche.
J’avoue, celle-là est pas mal aussi !

Nous reprenons la route pour la lagune Tebinquinche que nous rejoindrons également pour notre premier coucher de soleil. 

L’après-midi se poursuit avec le village de Toconao et la Quebrada de Jerez. Il fait très chaud et sec et nous descendons facilement 3 litres d’eau par personne. Heureusement que nous sommes en voiture et qu’on a fait des provisions ! 

La place du village est plutôt mignonne, cela ressemblait un peu à Chiloé. Et vous y trouverez un cactus à la forme très particulière, je vous laisse juger ^^ 

Un cactus au village de Toconao.
Prends la pose !

La Quebrada de Jerez, en revanche ne vaut pas forcément le détour. C’est moins joli que beaucoup d’endroits que nous avons visité. Les pétroglyphes sont quasiment effacés, il faut vraiment les deviner. 

Infos pratiques

  • Laguna Chaxa : 2500 pesos chiliens (environ 3,30 €), 2500 m d’altitude,
  • Los Ojos del Desierto ou Ojos del Salar : gratuite, 
  • Laguna Tebinquinche : gratuite puis 2000 pesos chiliens pour le coucher du soleil (environ 2,60 €), 
  • Village de Toconao : gratuit, vous y trouverez des souvenirs si ça vous dit, 
  • Quebrada de Jerez : 3000 pesos (un peu moins de 4 €), 
  • Il fait très chaud et sec en ces lieux, prévoyez de l’eau, de la crème solaire et des vêtements couvrants. Prévoyez une veste le soir, il fait froid par contre !

Deuxième jour dans le désert d’Atacama

Le panneau situant le tropique du Capricorne.
On était sur ligne imaginaire représentant le tropique du Capricorne.

Le deuxième jour, nous montons un peu en altitude. A 4000 mètres pour être précis. 

Si le premier jour, nous avons eu très chaud, le deuxième jour, mieux vaut prévoir veste et écharpe. 

Las piedras rojas.
Seul au monde (enfin quand on s’éloigne !).

Le vent souffle énormément près de la lagune de Piedras Rojas mais le paysage est enivrant. Le rouge des pierres contraste avec les nuances de bleu et de vert de la lagune. Nos yeux ne savent plus que regarder. 

Il y a un peu plus de monde ici mais cela reste raisonnable. En s’éloignant un peu, on peut se retrouver presque seuls. 

La lagune tuyaito.
Là, on était tout seuls !

On s’arrête ensuite près de la lagune Tuyaito, qui elle, pour le coup est déserte. Pourtant, sa beauté vaut bien celle des autres. 

L'église du village de Socaire.
C’est pas moche, non plus quand même. 

Sur la route pour les lagunes altiplaniques, nous faisons un stop dans le village de Socaire qui est beaucoup moins mignon que celui de Toconao.

Arrivés aux lagunes altiplaniques Miscanti et Miniques, on se rend compte qu’elles sont fermées. Nous sommes le week-end avant Noël et les employés préparent les fêtes. 

La lagune Miscanti au Chili.
Waouh !

C’est fermé pour les voitures mais en se garant devant, rien ne nous empêche d’y aller à pied. 

Il faut compter 5 kilomètres montée à l’aller et 5 kilomètres de descente au retour, à 4000 mètres d’altitude. (C’est bon à savoir si vous ne supportez pas trop l’altitude ^^). 

Je ne suis allée qu’à la première, Miscanti et Romain et Estelle ont continué jusqu’à Miniques

J’étais seule au monde dans ce décor digne d’un table. Seul le bruissement d’ailes d’une mouette est venu perturbé le tableau.

Une légère brise se lève et le mouvement se fait. Il est visible dans l’ombre d’un court buisson touffu, rare verdure dans cette nature particulièrement hostile.

Une vigogne traverse le chemin. Seule. J’entends le bruit de ses sabots sur la terre rouge, le son de sa mâchoire lorsqu’elle se nourrit de ce même buisson d’où le mouvement est parti. 

Le temps nous a rattrapé et nous avons dû courir dans la descente pour pouvoir profiter du coucher de soleil sur notre lagune préférée, Chaxa

Un coucher de soleil à Chaxa.
A couper le souffle.
Le coucher de soleil à Chaxa.
Pensive.

On est mieux que dans la capitale du Chili, vous ne trouvez pas ? 

Infos pratiques 

  • Piedras Rojas : gratuit, 
  • Laguna Tuyaito : gratuit, 
  • Laguna Miscanti et Miniques : gratuites puisque fermées, sinon 3000 pesos, 
  • Prévoir des vêtements chauds, il fait assez froid en altitude à cause du vent,
  • Laguna Chaxa : gratuite si vous arrivez suffisamment tard ^^

Le désert d’Atacama côté lune

La vallée de la mort au Chili.
Qué calor !
La vallée de la mort à cheval.
On peut aussi visiter à cheval !

Le troisième jour, nous replongeons dans la chaleur du désert en nous rendant dans la Valle de la Muerte

Le décor est irréel, nous sommes sur une autre planète où le sol et les montagnes sont faites d’un mélange de roche volcanique, de terre et de craie.

De l’ombre dans le désert, se dégage de la fraîcheur inattendue, inespérée, venue d’ailleurs. C’est encore le matin et le fraîcheur de la nuit s’est imprégnée dans la roche pour ressortir quand on en a le plus besoin. 

Le village Aldea de Tulor.
Les maisons traditionnelles reconstituées.

Nous partons ensuite en direction du village Coyo et du site archéologique Aldea de Tulor. C’est un ancien village où des maisons de forme circulaire ont été reconstituées pour montrer comment vivaient les premiers habitants des lieux. 

L’après-midi, nous nous reposons après avoir profité d’une petite glace en rafraîchissement. La chaleur est harassante, en plus de l’altitude et de la sécheresse. 

Préparez-vous à être couvert de poussière ocre tout le long de votre séjour !

Coucher de soleil à la valle de la la Luna.
Coucher de soleil…
Vallée de la Lune dans le désert d'Atacama.
Magnifique…

Pour le coucher du soleil, nous nous trouvons un spot pour surplomber la vallée de la Lune

Un peu comme dans la vallée de l’Elqui, on aimerait rester ici un peu plus longtemps…

Infos pratiques :

  • Valle de la Muerte : 3000 pesos, 
  • Aldea de Tulor : 3000 pesos, 
  • Valle de la Luna : gratuit depuis un point de vue ^^
  • Location de la voiture : 100 € en comptant l’essence et la participation de Estelle aux frais. Astuce : louez-la à Calama, c’est moins cher !
  • Hôtel pour 5 nuits à San Pedro : un peu moins de 170 € pour une chambre privée avec salle de bains commune. 

S'inscrire à la newsletter

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *