Comment réagir en cas de morsure de chien ?

Un aperçu d’Ayutthaya avant la morsure de chien ! On joue à la pétanque en Thaïlande !

Après une super expérience sur les îles de Koh Pha Ngan et Koh Tao, nous sommes revenus à Bangkok et Charlotte est rentrée en France.

Direction Ayutthaya en suivant ! Ou la ville dans laquelle on aurait jamais du mettre les pieds !!

Avant de partir, je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais nous n’avions pas fait le vaccin anti-rabique en nous disant que de toute façon il suffisait de rester éloigné des animaux et qu’il ne servait pas à grand chose puisqu’il fallait encore se faire vacciner derrière.

Scoop : même en faisant attention,
on peut se faire mordre !

23 avril : Le chien errant en Thaïlande

Où se trouvent les centres anti-rabiques dans le monde ?

Il ne ressemblait pas à ça, mais c’est à peu près la réaction qu’il a eu !

Premier jour à Ayutthaya, nous décidons d’aller voir le marché de nuit. A l’aller vers 18h30, aucun problème, on croise quelques chiens errants mais pas plus qu’ailleurs.

Au retour, à peine quittons-nous le marché de nuit qu’un chien se trouve sur notre route.
Il se trouve à quelques mètres de nous mais n’a pas de réaction particulière. Lorsque nous passons près de lui, en revanche, il se met à aboyer.

Mauvaise réaction de ma part, je ne voulais pas faire de gestes brusques et donc pas me mettre à courir. Peut-être la peur m’a empêché d’agir correctement également mais nous le dépassons et je lui tourne le dos .

C’est à ce moment-là qu’il me mord.

Je ne ressens rien de particulier, je pensais qu’il avait fait claquer sa mâchoire près de moi et qu’il m’avait effleuré. Ce n’est que quand j’ai vu le sang que je me suis rendu compte qu’il m’avait bien mordu.

On se met à courir pour s’éloigner au plus vite de son « territoire ». Romain arrête une voiture, et demande à nous conduire à l’hôpital au plus vite.
Je monte à l’arrière du pick-up, le mollet en sang.

La panique s’empare de moi.

Et s’il avait la rage ? Et si les hôpitaux ici n’avaient pas le vaccin ? Je m’inquiétais bien plus de la rage que de ma blessure à cet instant précis.

Il faut savoir que vous avez entre 24 et 72 heures pour vous faire vacciner mais également pour que les médecins vous injectent de l’immunoglobuline (humaine ou de cheval) à l’intérieur de la blessure.

Premiers soins, première panique

Vers quels hôpitaux se diriger en cas de morsure ?

L’hôpital d’Ayutthaya.

Vous l’aurez compris, il vaut mieux agir le plus vite possible.

Nous arrivons aux urgences de l’hôpital 10 minutes plus tard et les médecins me prennent en charge directement.

La blessure est profonde, ils font une tête bizarre en la voyant. Ils ne parlent pas très bien anglais mais font tout ce qu’il faut et s’occupent bien de moi.

Je ne vais pas vous mentir, ce n’était pas une partie de plaisir. Entre la douleur des injections d’immunoglobuline, du point de suture, le fait de ne pas savoir exactement ce que les médecins faisaient et d’être dans un autre pays, où on ne parle pas ma langue, il faut faire preuve de sang froid.

Ils nettoient, font un point de suture, me font un pansement et me vaccinent contre la rage et le tétanos. Pour le tétanos, j’étais à jour de mes vaccins mais ils ne m’ont pas demandé et l’ont fait d’office après avoir fait des tests allergiques quand même.

Que faire ensuite ?

Qui a inventé le vaccin contre la rage ?

Merci Docteur Pasteur, sans vous, j’y serai certainement passée !

La nuit fut difficile entre la douleur et le choc psychologique. Je ne cessais de revoir le chien et de me dire « si seulement j’avais fait autrement » (ce sentiment a bien duré une semaine). On se dit aussi « si ça se trouve ils ont pas fait ce qu’il fallait et je vais avoir la rage quand même ». La rage étant une maladie mortelle, je vous laisse imaginer mon état sur le moment.

Il faut 5 injections du vaccin antirabique après une morsure par un animal (cela dépend du protocole mais ici, c’était 5).

La première le plus rapidement possible, la deuxième trois jours après, la troisième 7 jours après, la quatrième 14 jours après et la dernière 30 jours après.

Ils m’ont donné un papier avec les dates des prochaines injections, les médicaments et vaccins utilisés, ainsi que les effets secondaires du vaccin (les classiques maux de tête, fièvre, diarrhée). Je suis également partie avec 7 jours d’antibiotiques à raison de 2 cachets par jour pour limiter encore plus le risque d’infection et des antidouleurs.

26 avril : Deuxième injection à Ayutthaya

Quand je suis partie de l’hôpital, je ne savais pas s’ils m’avaient recousue mais je savais qu’il fallait que je revienne trois jours après pour faire la deuxième injection.

Je ne remercierais jamais assez Delphine pour son aide et son soutien même à l’autre bout du monde. Avoir un médecin dans son entourage aide à se rassurer et à savoir quoi faire.

La plaie n’était en effet pas suturée, c’est-à-dire qu’elle était ouverte. J’avais juste un point à ce stade-là pour tenir les chairs entre elles. Et les médecins m’avaient posée des mèches pour éviter tout risque d’infection.
La blessure devait être nettoyée tous les jours et les mèches humidifiées avec de la solution saline.

Le troisième jour après la morsure, ils m’ont changé les mèches. Je pense que je n’ai jamais eu autant mal de toute ma vie. Les infirmières de l’hôpital d’Ayutthaya doivent encore se souvenir de mes pleurs et de mes cris.

Comment évolue une morsure de chien ?

Je vous épargne la première photo pleine de sang du 24 avril ^^
Voilà l’état de ma blessure au 28 avril, soit 5 jours plus tard.

30 avril : Troisième injection à Chiang Mai

Pour la troisième injection, nous étions à Chiang Mai et je me suis rendue au Ram Hospital, réputé le meilleur du pays. Et effectivement, il est digne d’un hôpital européen. Très propre, avec un personnel compétent et parlant parfaitement anglais.

Il n’est pas nécessaire de rester au même endroit pendant toute la durée du traitement anti-rabique. Les vaccins sont disponibles quasiment partout, seule l’immunoglobuline peut ne pas être disponible dans tous les hôpitaux. Et les centres antirabiques sont présents également en Asie du Sud-Est. Je déplore seulement qu’on ne puisse pas trouver une liste détaillée de ces centres.

A ce stade-là, je n’étais toujours pas recousue et ce ne fut pas pour cette fois non plus ! Ma blessure évoluait bien mais le risque d’infection est bien plus élevé en cas de suture : il vaut mieux laisser ouvert.
En revanche, le nettoyage de ma plaie fut bien moins douloureux. Plus de mèches !
Je marchais toujours difficilement. Impossible de poser le pied à plat et donc de marcher sans boiter.

Que faire en cas de non-suture d'une plaie ?

C’est pas beau du tout…
Etat de ma blessure au 2 mai, soit 9 jours après.

4 mai : Va-t-on enfin me recoudre à Luang Prabang ?

Où aller à l'hôpital à Luang Prabang ?

L’hôpital en travaux constants de Luang Prabang !

Nous avons ensuite mis le cap vers le Laos après avoir demandé dix fois au médecin si ça ne posait pas de problème. Ils étaient rassurants et au Laos, plus de chances de trouver un médecin parlant français ! Je marchais mieux et ma blessure ne saignait presque plus ! Elle était toujours fibrineuse en revanche donc impossible d’attendre le 7 mai, il vaut mieux la montrer à un médecin pour être sûr qu’elle ne s’infecte pas.

Le lendemain de notre arrivée, je me rends à l’hôpital de Luang Prabang. Bon, si vous avez un truc grave je ne vous le conseille pas…

Il n’y a pas d’accueil, j’ai cherché pendant 10 minutes où je devais aller, personne ne parlait anglais et ne m’indiquait la bonne direction. Heureusement, une laotienne qui attendait d’être soigné a eu pitié de moi et m’a amenée jusqu’aux infirmières compétentes. L’hôpital semble être en travaux depuis dix ans…

Hé bien on ne m’a pas recousu ! Elles m’ont même enlevé le point que j’avais. Grosse désillusion, personne ne parle français et pour trouver quelqu’un qui parle un anglais correct, bon courage !
Je n’ai donc pas compris grand chose à ce qu’elles ont fait et à ce que je devais faire ensuite…

7 mai : Quatrième injection à Vientiane

Où trouver un médecin parlant français en Asie ?

Le centre médical français de Vientiane.

Après cette aventure à Luang Prabang, je décide d’aller au centre médical français à Vientiane. Je veux savoir ce que je dois faire ensuite !!

Alors certes, c’est plus cher et le médecin ne parlait pas français, mais son anglais était très bon et elle m’a parfaitement expliqué la marche à suivre. (À l’accueil, c’est un français, je pense qu’il y a aussi des médecins français mais je n’ai pas eu cette chance).

Quatrième injection et nettoyage de ma blessure. Le médecin me confirme qu’à ce stade on ne recoudra pas. C’est trop tard, la cicatrisation a déjà commencé toute seule. Génial…

Que faire une fois le point de suture retiré ?

Etat de la morsure au 8 mai, soit 15 jours après.

Je dois toujours nettoyer tous les jours mais en plus mettre de l’Urgotul (que j’ai eu beaucoup de mal à trouver, ici ils ont du Bactigras). C’est du tulle imprégné de vaseline pour garder la blessure humide et aider la cicatrisation. Apparemment ça rend la cicatrice moins moche. Verdict dans quelques semaines !

A ce stade, je marche quand même beaucoup mieux, quasiment normalement !

Quel vaccin faire en cas de morsure d'animal ?

Etat de ma blessure le 12 mai, soit 19 jours après.

23 mai : Cinquième injection à Siem Reap au Cambodge

On continue notre périple vers le sud de l’Asie, direction le Cambodge. Nous sommes un peu contraints par les dates de mes injections mais cela reste raisonnable par rapport à notre programme pré-établi.

J’avais déjà repéré l’hôpital de Siem Reap, où nous devions aller pour visiter les temples d’Angkor. Finalement, c’est dans la clinique d’un petit village que j’ai reçu la dernière injection. Nous faisons du volontariat pendant une semaine dans l’agglomération de Siem Reap.

Et c’est ici que je trouve le premier médecin parlant français ! Comme quoi !

Ma cicatrice n’est pas si affreuse que ça. J’aurais une cicatrice d’environ 2 centimètres et si je m’en occupe bien, elle devrait être discrète. Il y a encore du travail après un mois mais on est sur la bonne voie !

Comment prendre soin de sa cicatrice ?

On peut enfin appeler ça une cicatrice le 22 mai, soit 29 jours après.