Jeudi 23 février. Nous quittons la Chine après notre premier mois de vadrouille mais notre périple asiatique continue et notre voyage en Malaisie commence par la capitale cosmopolite : Kuala Lumpur.

C’est la fin de la mousson ici (on vous en reparlera sur l’île de Tioman). Il a fallu donc composer avec les averses courtes mais intenses ! Cependant Kuala Lumpur dispose de nombreux points pour s’abriter facilement.

Les tours Petronas

Pourquoi pas visiter les philippines après être passé par la capitale malaise ?

Le tour du monde me fait grandir ! Je rattrape presque les deux tours !

On commence dès l’arrivée à Kuala Lumpur avec les tours Petronas et leurs 452 mètres chacune, qui en font les tours jumelles les plus hautes du monde. Elles sont reliées entre elles par une passerelle, je pense que la traversée m’aurait donné des frayeurs !

Comme vous pouvez le constater, on se sent très petits à côté ! C’est vraiment impressionnant et on ne peut pas s’empêcher de jouer les touristes en faisant des photos devant. En repartant, on voit leurs reflets dans les vitres des autres buildings, elles ne sont jamais bien loin où qu’on regarde.

Nous ne l’avons pas fait mais il est possible de les visiter moyennant une quinzaine d’euros. On peut aussi boire un verre à la terrasse du Skybar, situé dans un gratte-ciel en face, pour profiter d’une vue imprenable de nuit !

Le Bird Park de Kuala Lumpur 

Où séjourner dans la capitale malaisienne ?

Il n’y a pas que les centres commerciaux à KL ! Ce n’est pas la jungle, mais un peu de nature proche du centre-ville, ça fait du bien !

Prix d’entrée assez élevé : 67 ringgit par personne (13,50 €)

Le parc fait 8,5 hectares et compte pas moins de 3000 oiseaux de 200 espèces locales et étrangères. Vous y trouverez des pélicans, des toucans calao pie, toutes sortes de perroquets, et pleins d’oiseaux pour la plupart en liberté.

La végétation est luxuriante et le parc est accessible facilement à pied ou grâce à la navette « hop on hop off » de la ville, ou encore en taxi (teksi en malais), qui sont très présents, vous sollicitant pour le moindre trajet.

Si vous allez dans la partie du parc dédiée aux perroquets aux alentours de 16h30, vous aurez sûrement la chance de les nourrir !

Il est possible de trouver un lycée français à Kuala Lumpur.

Plus rassurée qu’avec un singe !

Histoire & lieux de culte à Kuala Lumpur 

La Malaisie a obtenu son indépendance en 1957. Avant cela, elle a été colonisée par différents pays : le Portugal, les Pays-Bas et pour finir l’Angleterre. Passage obligé des bateaux pour le commerce entre l’Inde et la Chine, la Malaisie a reçu en héritage un peuple aux origines multiples. Les ethnies majoritaires sont les Malais (62%), les Chinois (25%) et les Indiens (10%).

Tous sont Malaisiens si vous vous posiez la question comme nous : dit-on Malais ou Malaisien ? 😉

Le pays est en majorité musulman, mais cela n’empêche en rien les autres religions de s’épanouir. Il n’est donc pas rare de croiser dans la même rue une mosquée, un temple chinois, un temple hindou et même une église.

Nous avons visité la grande mosquée nationale ou masjid negara, immense et très moderne. Attention aux horaires de visite pour les touristes. Vous pouvez y aller le matin ou en fin d’après-midi, les visites étant dépendantes des heures de prière.

Vous devrez enfiler une « djellaba » violette, très peu seyante (jugez par vous-même), pour pénétrer dans la mosquée.

Cela apparaît comme un symbole fort de tolérance !

On vous invite à vous balader entre temple bouddhiste, temple hindou et mosquée !

Puis, dans le quartier, un petit tour au temple Sri Mahamariamman s’impose ! Le calme qui émane du temple est reposant et permet de s’éloigner de l’agitation de la ville.

Des vols low cost sont disponibles avec Air Asia.

L’une des « attractions » offertes par la ville : admirer les différents arts religieux.

China Town et Little India à Kuala Lumpur 

Chinatown est synonyme de marchés, d’agitation et de bruit. Elle abrite de ce fait, de nombreux vendeurs de bric et de broc.

Vous préférez la côte Ouest ? Tentez Penang !

Pour déjeuner, boire un verre, ou faire un peu de shopping, il est bon de se perdre dans les rues du quartier indien.

Si Chinatown ne nous a pas forcément séduit, Little India est bien plus sympathique !

Mais quand on dit Little India, c’est littéralement parce que c’est assez petit. La musique est présente comme à Chinatown mais elle nous attire davantage. Des indiens tressent des couronnes de fleurs qui iront orner le cou des statues des dieux hindous dans les différents temples.

Le centre ville peut réserver bien des surprises !

On est comme au musée, mais en mieux !

Central Market à Pasar Seni 

Marché couvert construit en 1888, c’est l’endroit idéal pour flâner, se rafraîchir, profiter de la climatisation (ou s’abriter de la pluie) et faire quelques achats. C’est une escapade quasi-obligatoire quand on passe à Kuala Lumpur ! A l’intérieur, c’est un véritable dédale entre les différents stands indiens, chinois ou malais.

En outre, les prix ne sont pas excessifs, bien sûr tout dépend des stands. Plus vous vous perdez, plus vous vous éloignez de l’allée centrale, et plus vous pourrez négocier les prix et trouver votre bonheur entre foulards, saris, cartes postales et autres souvenirs.

Infos pratiques

  • De l’aéroport, prenez un bus pour le centre-ville (skybus de couleur rouge ou aerobus de couleur jaune) pour 12 ringgit (2,40 €) ou le KLIA ekspres.
  • On roule à gauche en Malaisie et les piétons ne sont pas forcément gâtés : peu de passages piétons, des trottoirs parfois inexistants, peu de temps pour passer lorsque c’est son tour. Soyez prudents !
  • Le climat est capricieux, notamment entre novembre et février, période de mousson. Toute l’année, attendez-vous à une chaleur humide un peu handicapante parfois !
  • A savoir : le métro à Kuala Lumpur est assez compliqué à comprendre ! Nous sommes arrivés à la gare Sentral et avons mis un petit moment à comprendre ! Il s’agit plus de trains de ville comme le RER à Paris, d’ailleurs ils n’appellent pas ça « subway » mais « monorail ». On paie selon sa destination et selon la ligne de métro. Vous passerez très certainement assez souvent par « masjid jamek » et « pasar seni » qui concentrent les lieux d’intérêt.
  • Les Malaisiens parlent parfaitement anglais pour la plupart, ce qui facilite grandement la tâche !
  • Enfin, la nourriture est très bon marché, surtout si on mange dans la rue ! Nous avons mangé à Kuala Lumpur pour moins de 10 ringgit par personne et par repas, ce qui équivaut à moins de 2 €. Vous pouvez cependant toujours vous faire plaisir, la ville étant multiculturelle, vous trouverez aussi un quartier plus occidental avec bars et nourriture occidentale. Nous nous sommes laissés tenter un soir, on avoue !

Pour finir

En conclusion, Kuala Lumpur a été pour nous une belle surprise ! C’est une grande ville avec les aspects que l’on peut ne pas aimer (propreté, pollution, agitation), mais on se laisse rapidement séduire par l’exploration de ses quartiers et surtout la gentillesse et l’accueil des Malaisiens dont nous vous reparlerons !

A très vite pour le reste de notre parcours en Malaisie : après Kuala Lumpur, l’île de Tioman, Melaka/Malacca, Penang et la ville de Georgetown ! Nous avons en effet dû faire des choix en ne restant que deux semaines et ne sommes pas allés à Borneo, Langkawi, Cameron Highlands, l’île Perhentian ou encore la moderne Singapour.

Retrouvez d’autres photos sur notre page Facebook et suivez-nous sur Instagram !