Kirghizistan : Le Trek le Plus Eprouvant de Ma Vie à Ala Kul

Posted on
Le trek Ala Kul vaut-il le coup ?

Le lac Ala Kul ou Ala Köl ne se découvre pas vraiment en partant « à la cool ». La vue qu’on obtient se mérite et demande quelques efforts pour pouvoir profiter du lac bleu-vert entouré de montagnes. 

Quelques informations pratiques pour commencer : 

  • Trek à faire sur 3 jours en autonomie, 
  • Nourriture et tente à prévoir, 
  • Altitude maximum : 3860m, 
  • Dénivelé : +2000m, -2100m,
  • Boucle depuis Karakol, en passant par Altyn Arashan. 

La préparation la veille du trek

Le trek Ala Kul est-il compliqué ?
Nos pauvres sacs étaient bien chargés !

Avant de partir pour 3 jours en totale autonomie, il nous fallait un peu de matériel. 

On est d’abord allés se renseigner au CBT (Community Based Tourism) de Karakol pour obtenir plus d’informations. 

Il faut prévoir au minimum une tente pour la première nuit et un jour et demi de nourriture. La deuxième nuit, nous avons réservé une yourte avec dîner et petit déjeuner possible à Altyn Arashan. 

Nous nous sommes ensuite mis en quête d’une tente et du matériel de camping pour manger. Il y a plusieurs loueurs à Karakol. Nous n’avons pas eu de succès avec le premier, Ecotour, mais nous avons trouvé notre bonheur chez Extreme Tour qui propose aussi du matériel de ski et de haute montagne. 

Le gérant est un peu rustre (c’était un monsieur de la montagne) mais on obtient tout ce qu’il nous faut ! 

Budget : une tente deux personnes coûte 300 soms par jour (moins de 4 €).
Nous étions quatre et nous avons pris deux tentes,
un réchaud, un gaz, deux bols, deux fourchettes et une casserole
pour un total de 2860 soms les 3 jours (soit un peu plus de 35 €). 

Une randonnée à Jeti Oguz

Que faire à Jeti Oguz ?
La rivière était plus impressionnante que la cascade au final !

Ce jour-là, nous avons profité de la journée ensoleillée pour découvrir la vallée de Jeti Oguz. Nous avons fait une randonnée de 5h aller-retour depuis les 7 taureaux pour aller voir une cascade… 

Bon la cascade ne valait clairement pas le détour mais la randonnée était plutôt sympa. Nous avons traversé des camps de yourtes, s’imprégnant ainsi du rythme de vie kirghize

Les chevaux, les vaches, les chèvres et les moutons étaient partout. Il était juste dommage d’être sur la même route que les voitures une grande partie du chemin. 

La randonnée de Jeti Oguz vaut le détour pour ses paysages !
Et les ânes !

C’est aussi lors de cette randonnée que nous avons rencontré Guillaume et Alice avec qui nous sommes partis le lendemain pour le trek Ala Kul. 

En redescendant, nous avons partagé un van avec une famille de locaux qui se rendait à une fête. L’une des filles parlait anglais et nous avons ainsi pu faire connaissance. 

Finalement, le chauffeur (son frère), nous a déposé directement à Karakol (au lieu de Jeti Oguz) moyennant 1000 soms pour tout le monde. Il ne voulait pas qu’on se fasse arnaquer par les chauffeurs de taxi du village de Jeti Oguz. 

Comment se déplace-t-on au Kirghizistan ?
La joyeuse troupe avec les gentils locaux !

Nous sommes ensuite allés acheter de la nourriture pour les trois jours de trek. Le village de Karakol possède plusieurs supermarchés pour acheter du pain, des pâtes, du fromage et de l’eau. Il y a également un marché (Bazar) pour acheter des fruits secs et des légumes de qualité.

Le premier jour de trek vers le lac Ala Kul 

Informations pratiques : 

  • Environ 9h de marche (sans les pauses), 
  • 18 kilomètres.

Allez c’est parti pour une grosse journée de marche ! 

La première partie du trek vers Ala Kul

Départ pour le trek à 7h30, nous rejoignons Guillaume et Alice à leur hôtel pour partager un van avec eux. 

Il faut environ 45 minutes pour se rendre au début du trek. Il faut bien demander au taxi de vous poser à la barrière, au deuxième pont. Vous gagnerez une bonne heure de marche sur une route, ma foi, pas extraordinaire !

Nous commençons à marcher sur du plat à 8h20. 

Le départ est compliqué pour moi, je ne suis pas habituée à marcher avec 5 ou 6 kilos sur le dos. En plus, j’ai passé mon sac à Romain et je me retrouve avec un sac pas du tout fait pour la rando. Bref, mon mode diesel est activé, au bout de quelques heures de marche, ça va mieux. 

Comment se prémunir contre le mal des montagnes ?
Moi avant la montée quand j’arrive encore à respirer !

La vallée est splendide, on y voit de nombreux chevaux sauvages s’abreuver, dormir, manger ou courir. 

La matinée se déroule sans accroc. Le chemin est plat avec quelques légères montées jusqu’à 12h. Un camp de yourtes est présent où nous nous posons pour pique-niquer près de la rivière. 

La vallée à Karakol pour se rendre au lac Ala Kul est magnifique !
Regardez-moi ça !

La deuxième partie pour découvrir le lac

C’est là que les choses sérieuses commencent. 

L’après-midi est beaucoup plus dure que la matinée. Dès la traversée du pont, nous faisons face à un mur de végétation qu’il va bien falloir monter. 

Mais ce n’est pas le plus dur. Après ça, on a droit à une petite pause avec un replat qui ne durera pas très longtemps ! 

Que faire à Karakol ?
Et on peut voir ça !

Le deuxième mur à franchir est plus abrupt et surtout on a commencé à prendre de l’altitude. Altitude que mes poumons et mes muscles ressentent bien puisque je suis obligée de m’arrêter assez régulièrement pour ne pas crever sur place ^^

La fin semble interminable pour espérer voir la vue sur le lac. 

Nous avions prévu de dormir au deuxième camp mais nous nous arrêterons au premier aux alentours de 17h45. 

Le lac Ala Kul vaut-il le détour ?
Tadam !

C’est clairement la journée la plus compliquée en termes d’efforts physiques. 

Nous montons les tentes au bord du lac en essayant de ne pas tomber dans les pommes quand on a la tête en bas. Je plaisante ! Enfin, presque pas étant donné que nous sommes à plus de 3500m d’altitude et que nous venons de faire 9h de marche. 

La vue sur le lac Ala Kul est magnifique !
Notre maison pour la nuit.

Nous profitons de la vue au coucher du soleil tout en buvant du thé et en mangeant des noodles. Après le repas, tout le monde se sent mieux, moins nauséeux et prêt à faire la fête aller dormir !

Le deuxième jour de trek en descente vers Altyn Arashan

Informations pratiques : 

  • Environ 6h30 de marche (sans les pauses), 
  • 14 kilomètres, 
  • Nuit en yourte Ecotour : 600 soms par personne, 
  • Dîner à la yourte : 300 soms par personne. 
La randonnée Ala Kul est-elle accessible à tout le monde ?
Romain, pensif, observe le lac.

Après une courte nuit, le petit déjeuner revigore les troupes. Nous plions notre campement et allons chercher de l’eau. 

Au réveil, je suis déjà essoufflée (moteur diesel oblige !). 

Il nous reste 2,5 kilomètres à franchir en pente raide. 

J’aurais rêvé d’une activité plus tranquille à 8h du matin, tiens ! 

Prévoyez le Doliprane pour le mal des montagnes !
Non, je ne galère absolument pas !

J’arrive au sommet après 2h30 d’effort pour profiter du point de vue plongeant sur le lac. 

On en prend plein la vue et on discute avec d’autres Français (on ne croise que ça ici !). 

Que faire au Kirghizistan ?
Ils sont heureux !

Et maintenant, il faut redescendre !

Puis vient le moment fatidique de la descente. La descente. De la mort. Qui tue. 

Contrairement au côté où nous avons monté, il n’y absolument aucune végétation de ce côté-ci. Uniquement de la terre, puis du pirier. 

Le passage sur la terre fait vraiment flipper, la pente est à pic et ça glisse. En plus, on est obligé de s’arrêter pour laisser passer les gens qui montent. Le passage le plus impressionnant pour moi et vraiment pas un super souvenir. 

J’avais juste envie que ça se termine et heureusement que Guillaume m’a filé ses bâtons et que Vea m’a aidé pour descendre dans le pirier. 

Dans quel sens faire le trek pour Ala Kul ?
Allez, on redescend !

Après avoir passé un sale quart d’heure, on retrouve de la végétation et une pente assez douce jusqu’au camp de yourtes à Altyn Arashan. 

On descend tester les sources d’eau chaudes dont on nous a vanté les mérites. Mais il y a du monde et les bassins ne sont presque pas remplis. Nous remontons légèrement frustrés ! 

Où dormir à Altyn Arashan ?
Là, on ne sait pas encore que les bassins sont quasiment vides !

Heureusement, le repas à la yourte est copieux et nous avons même droit à une douche chaude. 

Nous dormons dans les yourtes entourés par les chevaux, dont ils attachent les deux pattes arrière pour les empêcher de s’enfuir la nuit. 

Est-ce que le Kirghizistan est touristique ?
Le camp Ecotour à Altyn Arashan.

Dernier jour du trek : retour à Karakol !

Informations pratiques : 

  • Environ 4h30 de marche, 
  • 12 kilomètres.

Le lendemain matin, après avoir pris le petit-déjeuner dans la grande yourte, nous repartons. 

Pensez à prendre votre douche la veille au soir. Le matin, le groupe électrogène n’est pas allumé et il n’y a donc pas d’eau chaude !

Le chemin est plutôt plat et sans grand intérêt. 

Nous mangeons le midi sur une table près de la rivière puis nous repartons pour atteindre Aksuu. 

Comment savoir si on peut faire le trek Ala Kul ?
Il y a toujours de chevaux pour égayer le chemin, rassurez-vous !

Du village, nous prenons le marshrutka 305 pour Karakol (30 soms par personne). 

Les organismes sont fatigués, j’ai la crève et des ampoules pleins les pieds !

En rentrant à Karakol, on part rendre le matériel, se doucher, lancer la machine et manger un morceau avant d’aller se coucher très tôt. 

Derniers conseils pour réussir le trek Ala Kul

C’était certainement le trek le plus éprouvant de ma vie, entre la montée très raide le premier jour et la descente qui fait flipper le deuxième jour. Trois jours de randonnée, c’est vraiment la limite pour moi, surtout que c’était la première fois que je partais en autonomie. 

Mais je l’ai fait. 

Où aller au Kirghizistan ?
Ouais je me la pète un peu, j’avoue !

Soyez préparé avant de partir. Même si on vous explique que c’est de la randonnée accessible, il y a quand même des passages compliqués, notamment la fameuse descente. 

Le premier jour se fait normalement en deux jours en s’arrêtant où nous avons déjeuné. Le deuxième jour ne fait alors que 6 kilomètres (même si ce n’est que de la montée !). 

Il est aussi possible de partir de Aksuu pour faire le trek dans l’autre sens. La descente devient alors la montée et la montée qu’on a fait la descente. Peut-être est-ce moins impressionnant ? 

Mais il est tout à fait faisable également de venir jusqu’au pont en voiture et de faire la montée au lac dans la journée pour redescendre au même endroit. 

Tout est possible ou presque !

Où manger à Karakol ?

  • Dinara : ils ne parlent pas bien anglais mais vous pourrez manger dans des petites cases entourée de rideaux pour pas cher et c’est très bon ! 
  • Café Kench : très bon, notamment leur soupe de lentilles mais plus cher que la plupart des restaurants au Kirghizistan et moins copieux.
  • Stealth (ou Café Stel sur maps.me) : très bon, copieux et pas très cher (160 soms le boeuf à la tomate et les frites). 

Posez-vous tranquillement et profitez du paysage !

[VIDEO]Chose promise, chose due. On est lundi, c'est la fin d'une longue journée. Alors installez-vous dans votre canapé, enlevez vos chaussures et ouvrez-vous une bière. On vous embarque avec nous au Kirghizistan, pays aux lacs miroitants, aux montagnes lunaires et aux treks éprouvants. Croyez-moi, c'est plus reposant de regarder la vidéo depuis votre canap', on a fait le dur du travail pour vous et vous offrir les plus belles images de ce voyage. Enjoy !

Gepostet von Les Oiseaux Migrateurs am Montag, 1. Oktober 2018

S'inscrire à la newsletter

Related Post

2 Replies to “Kirghizistan : Le Trek le Plus Eprouvant de Ma Vie à Ala Kul”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *