Notre expérience avec la police thaïlandaise

Posted on
Un accident de scooter qui coûte cher !

Allez on continue nos tests parce qu’on trouve ça super drôle (ou pas).

Vous connaissez la loi des séries ? C’est exactement cette loi qui nous a régi de fin avril à fin mai 🙂

La police thaïlandaise à l’hôpital

Quand je me suis fait mordre par un chien errant, il a fallu que j’aille à l’hôpital et que j’y retourne deux jours après. Nous avons donc loué un scooter dans cette très chère ville d’Ayutthaya…
Romain m’a déposé et est allé poster des cartes postales (vous voyez tous les risques qu’on prend pour vous envoyer des nouvelles ah ah).

L’hôpital m’a fait passer de service en service et moi je me disais « Romain va râler parce que c’est trop long, il doit être revenu depuis 15 minutes… »
Que nenni ! (expression plus utilisée depuis 1835)
Quand je suis redescendue pour enfin faire mon vaccin et me faire nettoyer la plaie, le voilà qui arrive boitillant accompagné de trois policiers…

Après le chien fou, l’accident de scooter…

Se faire retirer les mèches du mollet en hurlant à la mort devant trois policiers vous disant « don’t cry » (ne pleurez pas), c’est une expérience qu’on ne vit qu’une fois dans sa vie ^^

La déposition ou le début des magouilles

Nous voilà donc embarqués dans la voiture de police, direction le poste de police pour une déposition.
Que je vous explique l’accident. Romain a voulu faire demi-tour à un endroit où il avait parfaitement le droit mais il s’est mal positionné. Un deuxième scooter est venu le percuter par l’arrière. Que des dégâts matériels et un peu de bobologie. Rien de grave.

Les policiers appartenaient à la police touristique mais seul un servait d’interprète. Enfin quand il voulait bien nous traduire ce qui se tramait…

Dès le début, nous avons eu l’impression qu’ils essayaient clairement d’aider le jeune thaïlandais.
Après une bonne heure de discussion, le verdict est tombé : chacun était responsable à 50% mais nous devions payer les réparations des deux scooters… Logique !
Évidemment le jeune thaïlandais n’avait pas d’assurance. L’ambassade n’a pas été non plus d’une grande aide. Romain est tombé sur quelqu’un parlant à peine français qui lui a dit qu’ici on « s’arrangeait ».

Le devis de réparation

La police thaïlandaise est-elle corrompue ?
On a tout compris !

Hors de question pour nous de payer un montant estimé ! Nous demandons à faire un devis dans un garage.
Le coût estimé à ce moment-là est d’environ 100 € pour le scooter de location et 480 € pour l’autre scooter. Aïe… Nous voulons être sûr de ne pas avoir affaire à un devis surévalué. Nous demandons donc une étude approfondie sur les deux scooters.

Le lendemain matin, c’est la police qui nous sort quasiment du lit, direction le garage où nous passons quelques heures…

Et là, nouvelle surprise, le devis est entièrement en thaïlandais et a augmenté bien évidemment. Le double pour le nôtre et 100 € de plus pour l’autre scooter.

Il est absolument hors de question que nous payions pour toutes les réparations sachant que la responsabilité était à 50-50.

La négociation avec la police thaïlandaise

Retour au poste de police pour finir les « négociations ». Oui,oui, vous avez bien lu. Ce qui doit normalement être réglé par les assurances est réglé ici entre nous et les policiers. On nous prend constamment en photo (allez savoir pourquoi).

Le jeune thaïlandais ne veut pas payer le devis estimé par le garage, ce qui nous fait dire qu’il est bien surévalué.
Bien sûr, les policiers continuent de sortir les violons : il a 17 ans, il est étudiant, il est en conflit avec sa famille, il s’est fait viré de chez lui hier soir… C’est un peu gros, sachant que la veille, il était accompagné de 4 hommes plus âgés que lui et qu’il fait des études supérieures (certainement pas ouvertes à tout le monde).

Le but est clairement de nous faire payer le plus possible. Nous n’avions pas envie de mettre le jeune thaïlandais en difficulté financière étant donné que le salaire moyen est bien moins élevé que chez nous et qu’il était étudiant mais nous n’avions pas non plus envie de nous faire avoir en payant plus que ce que nous devions.

Ça a été assez difficile de subir cela. J’ai un peu l’impression d’avoir du renier mon empathie mais nous n’étions pas dans la meilleure des situations non plus : je boitais, Romain aussi, nous avions des frais médicaux… Mais nous n’avons pas fait entrer cela dans la « négociation » parce que c’est personnel. Cela n’entre pas en compte et la situation personnelle du thaïlandais non plus. Il est jeune certes mais il conduit un scooter, il a fait une erreur qui aurait pu être plus grave, il doit assumer sa part de responsabilité.

La mise en scène du paiement

Finalement, nous nous en sortons pour 350 € en tout. Ce qui est une sacrée somme tout de même et qui ne nous sera pas remboursée comme en France.

Nous sommes de nouveau pris en photo au moment de l’échange d’argent… Moment gênant… On n’est plus à ça près…

Bref, vous l’aurez compris, mieux vaut éviter d’avoir un accident de scooter en Thaïlande, vous êtes sûrs de devoir payer et sans remboursement.

Thaïlande 2, budget -1…

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *